Chroniques linguistiques

Nos courtes capsules vous éclairent sur le bon usage de termes fréquemment employés dans les textes juridiques.

Suite à

Impropriétés

L'expression «suite à» constitue une abréviation fautive des locutions suivantes, que l'on devrait toujours utiliser au long:

1) Comme suite à ou pour faire suite à; ces locutions signifient à un correspondant que l'on reprend une question traitée précédemment, oralement ou par écrit, mais non nécessairement que l'on répond à sa lettre, ce qui s'exprime mieux par la locution en réponse à, tout simplement.

2) À la suite de, qui comporte l'idée de conséquence. À la suite de ses efforts soutenus, il a pu achever son travail à la date promise.

3) Par suite de, qui signifie elle aussi «en conséquence de».

Recherche





© Société québécoise d'information juridique (SOQUIJ) - Tous droits réservés  |  SOQUIJ est une société qui relève du ministre de la Justice du Québec