Facebook Twitter LinkedIn Nous joindre | English

Chroniques linguistiques

Nos courtes capsules vous éclairent sur le bon usage de termes fréquemment employés dans les textes juridiques.

Aviseur

Anglicismes

Le mot «aviseur» n'existe pas en français. Il s'agit d'un barbarisme, c'est-à-dire, nous dit le Robert, d'une faute grossière de langage, d'un mot forgé, ici sous l'influence de l'anglais advisor. Advisor se traduit en bon français par conseiller ou conseil. Ainsi, un «comité aviseur» est en fait un comité-conseil. De même, on fera mieux de parler d'un avocat-conseil ou d'un conseiller juridique plutôt que d'un «aviseur légal», terme qui constitue d'ailleurs un double anglicisme puisque, en français, le mot légal n'a pas tous les sens que prend son équivalent anglais mais nous traiterons de cela dans une prochaine chronique. Notons enfin que le verbe anglais to advise se traduit par «donner des conseils, conseiller», sens que n'a pas le verbe français aviser, qui signifie notamment «avertir quelqu'un de quelque chose par un avis».

Recherche




Est-ce que le système de droit professionnel protège le public adéquatement ?

© Société québécoise d'information juridique (SOQUIJ) - Tous droits réservés  |  SOQUIJ est une société qui relève du ministre de la Justice du Québec